Un Thalys a été attaqué à Bruxelles… dans un grand exercice anti-terroriste

Un important exercice de coordination anti-terroriste a été organisé mercredi dans neuf pays européens, dont en Belgique, près de la Gare du Midi à Bruxelles. Trente-six services d’unités spéciales de polices européennes ont participé à cet entraînement.

Comme nous vous l’avions annoncé en exclusivité il y a deux semaines, un exercice impliquant 36 Unités Spéciales d’intervention européennes a eu lieu hier dans plusieurs pays. Cela a été notamment le cas en Belgique où le site de la SNCB à Forest a été le théâtre d’un exercice impressionnant.

Le pitch: un Thalys a été attaqué par une bande de terroristes qui ont pris des passagers – fictifs car il s’agissait de policiers – en otages. Participaient à cet exercice belge: les unités spéciales françaises (le GIGN et le RAID), luxembourgeoises (USP) et belges (CGSU). Cet exercice était en préparation depuis un an, précise la porte-parole de la police fédérale.

2250 POLICIERS SPECIAUX!

D’autres exercices ont eu lieu dans huit pays, à savoir l’Autriche, l’Irlande, l’Italie, la Lettonie, la Slovaquie, l’Espagne, la Suède et la Roumanie. Baptisée «Atlas Common Challenge 2013», cette simulation de grande ampleur a été coordonnée par Atlas, le réseau européen des services antiterroristes.

Le projet Atlas est né à la suite des attentats du 11 septembre 2001 à New York. Atlas rassemble aujourd’hui 36 unités spéciales de polices issues des 27 Etats membres de l’UE ainsi que de la Norvège et de la Suisse.

Son objectif est d’offrir une meilleure protection aux citoyens européens confrontés à un acte terroriste. Lors de ces exercices, les unités spéciales sont aussi intervenues dans une école, un avion, un bâtiment, un bus et sur un bateau.

Au total, près de 2.250 membres des unités spéciales y ont participé. Actuellement, la présidence du groupe Atlas est assurée par le GSG 9. Il s’agit de l’unité spéciale allemande. Entre 2004 et 2008, le groupe Atlas avait été présidé, cocorico, par la Belgique.

«Le but est de travailler ensemble et de s’offrir mutuellement un appui de sorte que le terrorisme dans chaque pays de l’Union Européenne puisse être combattu de la même manière. Les unités spéciales européennes se préparent à intervenir, le cas échéant, d’une manière coordonnée en cas d’action terroriste», explique la police fédérale belge.

Source : sudinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*