70% contre l’Europe.

L’Italie a voté à 70% contre l’Europe et l’invasion migratoire ce dimanche 4 mars 2018.

On en parle et en reparle parce que c’est vraiment un tremblement de terre majeur sur le sol européen. Le Brexit, cette sortie britannique de l’UE, c’est de la petite bière à côté. Et surtout, les Italiens ont joué le jeu de l’Europe depuis le début, ce qui n’a pas toujours été le cas de la traîtresse Angleterre, cette fifille à peine cachée des USA.

L’Italie a voté à 70% contre l’Europe et l’invasion migratoire ce dimanche 4 mars 2018. Ce qui ne veut pas dire que les Italiens ne se sentent plus européens – ou frères d’Europe – ni qu’ils haïssent les étrangers. Bien au contraire : l’Italie est un pays de grande culture et d’ouverture. Ce dont l’oligarchie européenne ou européiste a profité pour déséquilibrer les rapports sociaux dans le pays, à l’image de la France.

Tous les pays européens où la gauche (anti-impérialiste et anticapitaliste) était traditionnellement forte (c’est en rapport avec le catholicisme qui constitue sans doute le socle moral de la gauche, même si cette dernière a cru s’opposer à l’Église) subissent la punition migratoire.

On le sait : les multinationales et les banques qui décident à Bruxelles à la place des peuples construisent des pays, ou les détruisent, selon leurs exacts intérêts. Plus de barrières, plus de douanes, plus d’opposition à la marchandise, et cela inclut la marchandise humaine, bon marché, pas syndiquée, peu formée : les migrants.

Le Capital place beaucoup d’espoirs en eux, plus que dans l’ouvrier local, trop marxisé à son goût. De plus, ce dernier est de plus en plus social et national, ce que le migrant n’est pas ou plus, par définition. Le libéralisme a besoin de déracinés désocialisés ! C’est pourquoi, entre autres, il produit de la racaille… à tous les étages.

Les systèmes politique et médiatique ont été façonnés dans ces pays de sorte qu’ils jouent pour l’oligarchie et contre les peuples. On l’a vu en Italie avec Renzi, on le voit en France avec Macron. Pour le coup, la France est en retard sur l’Italie. Et ces deux cousins le sont sur leur lointain cousin américain depuis la prise de pouvoir de Donald Trump. La réaction au vote du peuple italien des responsables politiques et médiatiques français prouve leur positionnement à l’opposé de la volonté des peuples, et donc de leur peuple.

Un tweet résume tout ce mardi 6 mars 2018, celui de Jacques Attali, le chef d’orchestre (il l’est aussi, en sus de ses talents de « conseiller » des princes, tel Isaac Abravanel, au sujet duquel l’article d’E&R a mystérieusement disparu de Google) :

Seconde louche dans la soupe de la collabosphère, ce petit sujet de L’Info du Vrai, l’émission quotidienne d’Yves Calvi qui n’a jamais marché, et pour cause : elle ne comprend rien aux gens !

Source : E&R

One thought on “Italie : l’incompréhension de l’etat profond

  1. @ Intox Méditons: les Fremm où celles des Italiens sont concurrentes directes des nôtres Mais aussi celles des Britanniques qui posent -elles- des soucis à leurs utilisateurs. Si les Français et les Italiens se mettent daccord et ne se font plus concurrence, est-ce mal? Surtout que les charges de travail peuvent être réparties entre les divers chantiers et sous-traitants au lieu dun seul. Quand à lassemblage, nous savons tous les deux que seul le pays client aura ce privilège, sauf exception (Egypte) Méditons toujours: Les Allemands ont fait le Léopard 2. Fiable et plus simple que le Leclerc, il simpose comme un must. Puis le Leclerc simpose comme un nouveau standard et les Allemands incrémentent leurs versions en copiant le canon et le blindage. MAis pour le futur char, on ne parle plus de char franco-allemand mais plutôt Renault Nissan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*