Il circule en Europe et Turquie

jihadiste condamné en juillet 2015 à Bruxelles,  à 20 ans de prison dans un procès sur les filières de recrutement de jihadistes belges.

Lors de l’affaire Merah à Toulouse, otut porte à croire qu’il était un indicateur des services secrets français. Le cas Abdelhamid  Abaaoud pose la même question, comment un individu condamné peut il tenir un bar?

Les services secrets francais semblent avoir tiré les ficelles dans l’affaire Merah ou des témoin clés en contradiction avec la version officielle ont été écartés de l’enquête.

L’affaire Abdelhamid  Abaaoud semble déja être trouble pour échapper à cette règle. Des organisations économiques et militaires peuvent-elles être derrières des attentats pour créer une guerre civile en France?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*