A l’abordage de Piratak

Une vingtaine de jeunes du Pays Basque Nord se sont rendus à Donostia. Eux aussi devront assurer des tours de travail et présenter leur radeau à la ligne de départ de l’abordage organisé par Piratak, le comité des fêtes alternatives.

La fête bat son plein, le 10 août, port de Donostia (capitale de Gipuzkoa). 400 bateaux et plus de 4 000 personnes ont participé à l’abordage de Piratak (pirates, en basque). Cette année encore, des organisateurs du festival Euskal Herria Zuzenean (EHZ) se sont pris au jeu : une vingtaine de jeunes ont relevé le défi de monter eux même un radeau et ont accepté de faire des tours de travail pour Piratak.

L’Aste Nagusia de Donostia (fêtes de Saint-Sébastien) est née durant le franquisme, un événement dédié principalement à la bourgeoisie espagnole. Les pirates abordent la ville pour la “reconquérir” et “rendre les fêtes aux Donostiar”, a expliqué un membre d’EHZ, alors qu’il se préparait à retrouver les pirates de Donostia.

Cela fait deux, voire trois ans, qu’un contact a été noué entre les deux groupes. Dans le temps, une initiative du nom de Kalejira était née dans le but de promouvoir des liens solidaires entre les organisateurs de fêtes participatives et alternatives. EHZ s’était alors allié à Piratak, avec qui l’association partage le même état d’esprit. En échange, Piratak a pris l’habitude de participer au festival EHZ. Ses membres sont notamment présents pour le montage du festival, et complètent les équipes de travail, lors des trois jours phares.

Les deux groupes échangent leurs expériences. Les jeunes d’EHZ auraient par exemple inspiré Piratak pour les repas à base de produits locaux, de la même manière que, l’année précédente, les Donostiar s’étaient rendus à Mendionde pour construire des buvettes en bois. Une construction à présent utilisée par divers collectifs ou organisateurs de fêtes.

Source : Mediabask

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*