inquiétude et joie.

OTAN, OPEP, argent liquide, tout ce qui va disparaître.

À l’approche de la saison des Fêtes, de nombreuses personnes tournent leurs pensées vers la tradition, l’héritage, les principes, le devoir, l’honneur et la famille. Elles considèrent les réalisations et même les échecs du passé, mais aussi là où nous nous dirigeons dans le futur. Pendant la majeure partie de l’année, l’Américain moyen gardera la tête dans les sables de la monotonie, de la décadence et de la distraction. Mais pendant cette période, au milieu même de la frénésie de consommation dans laquelle ils ont été moulés, les gens ont tendance à réfléchir. Ils trouvent de la joie et ils trouvent de l’inquiétude.

Ce qui ne vient peut-être pas très souvent à l’esprit, ce sont les institutions et les structures qui assurent la « stabilité » par laquelle notre société peut continuer de manière prévisible. Bien que bon nombre de ces institutions ne soient pas conçues pour le bien du public, elles assurent souvent indirectement une base sur laquelle on peut compter, pendant deux ou trois générations, tout en assurant le pouvoir de l’establishment. Le problème est que l’establishment n’est jamais satisfait d’un système statique ou semi-pacifique pendant très longtemps. Ses membres ne sont pas satisfaits d’être GLOBALEMENT au contrôle. Ils cherchent un contrôle total. Ainsi, ils sont souvent disposés à créer le chaos et des crises et même à détruire les vieilles structures qui les ont avantagés afin d’obtenir quelque chose d’encore plus grand (et de plus oppressif pour le reste d’entre nous).

La fête officielle de Thanksgiving, par exemple, n’a pas vraiment commencé comme un hommage aux colons et aux pèlerins à l’origine de la naissance de l’Amérique et de leurs luttes pour se construire une nouvelle vie. Alors que George Washington proclamait un « Jour d’actions de grâce » en 1789, l’idée moderne de Thanksgiving apparut bien plus tard, en 1863, alors que la guerre civile faisait rage. C’est la guerre civile qui bouleversa l’équilibre traditionnel des pouvoirs entre les États et le gouvernement fédéral, annihilant presque la nation et affirmant le pouvoir fédéral comme indiscutable pour les décennies à venir. Un moment de grand chaos qui a détruit les vieilles institutions (comme le Dixième amendement) mais a donné finalement à l’establishment élitiste encore plus de contrôle.

Dans la proclamation d’Abraham Lincoln pour la fête de Thanksgiving, il déclara :

« Au milieu d’une guerre civile d’une ampleur et d’une sévérité inégalées (…) la paix a été préservée avec toutes les nations, l’ordre a été maintenu, les lois respectées et l’harmonie a prévalu partout sauf sur le théâtre du conflit militaire. »

Cela peut sembler une affirmation plutôt délirante de la part de Lincoln si nous remontons à cette période, en particulier pour ceux qui comprennent à quel point la liberté a été réellement perdue dans le processus. Mais c’est ce que fait l’establishment. Il assure une certaine sécurité et une certaine stabilité pendant un certain temps, puis le déchire soudainement afin d’effrayer les masses pour les forcer à se conformer à une centralisation accrue, puis il redonne la sécurité et la stabilité en récompense de notre conformité.

En 1864, Lincoln a fait une deuxième proclamation pour une fête de Thanksgiving, déclarant que : « Je recommande en outre à mes concitoyens susdit qu’à cette occasion, ils se prosternent révérencieusement dans la poussière. » Maintenant, je me demande parfois si Lincoln faisait allusion à la révérence pour Dieu, ou au respect de la structure du pouvoir qui était sur le point de rendre une partie de la prévisibilité et de la tranquillité qu’elle avait emportées.

Ensuite, l’Amérique a connu une autre période de calme relatif en termes de paix institutionnelle et la plupart des citoyens se sont plutôt habitués à l’idée que ce calme est en quelque sorte la norme. Cependant, il devient de plus en plus clair qu’un autre choc pour le système est à venir, cette fois à travers des événements nationaux et internationaux, et certaines des structures du vieux monde que nous avons l’habitude de voir pourraient ne plus exister après. En voici quelques-unes…

OTAN

L’alliance de défense de la guerre froide liant plusieurs nations occidentales est sur le point de se briser. La Turquie, un allié clé de l’OTAN dans la projection du pouvoir à travers le Moyen-Orient, a subi un changement dramatique et agressif vers un totalitarisme accru récemment. Tout cela a été fait au nom de l’arrêt d’un « coup d’État », ce qui est plutôt déconcertant, car il n’y a pratiquement aucune preuve qu’un coup d’État ait été effectivement planifié ou tenté.

Depuis lors, la Turquie a lancé une campagne de sentiments anti-occidentaux et resserre des liens économiques et militaires plus étroits avec la Russie. Le conseiller en chef de Recep Erdoğan a demandé publiquement que l’adhésion de la Turquie à l’alliance de l’OTAN soit reconsidérée.

En même temps, deux douzaines de nations européennes ont signé un pacte de défense ce mois-ci, cherchant à construire une armée européenne centralisée et à dépendre définitivement des États-Unis et de l’OTAN.

L’ordre militaire du vieux monde est en train d’être bouleversé. Mais pour quel but ? Comme indiqué plus haut, l’establishment bouscule nos conceptions de ce qui est sûr et sécurisé. Il retire la carotte pour faire place au bâton. En fin de compte, le but serait une interdépendance renouvelée entre les nations à un degré plus élevé et une population américaine réduite et entravée plus facilement effrayée dans la soumission.

OPEP

Comme je l’ai longuement analysé dans mon article Le coup d’État saoudien et le reset du nouvel ordre mondial, la dynamique au Moyen-Orient des piliers de l’OPEP comme l’Arabie saoudite connait un grand changement. L’ancien ordre du commerce et de la stabilité du pétrole est sur le point de s’effondrer et d’être remplacé par quelque chose de beaucoup moins agréable pour l’économie américaine.

Il est important de se rappeler que même si le pétrole et le gaz ne représentent que 10 % du commerce international, ce sont peut-être les produits les plus importants du monde industriel. L’énergie provenant des sources pétrolières est la base qui alimente TOUS les autres échanges et productions. Le fait que le dollar ait été inexorablement attaché à cette énergie et à cette production a permis aux États-Unis d’obtenir un avantage économique peut-être sans précédent.

Alors que plusieurs pays de l’OPEP commencent à s’interroger sur la validité du dollar comme devise et que l’Arabie saoudite ouvre la voie à des accords bilatéraux avec la Russie et la Chine, il est impératif de se demander sur quelle stabilité nous pouvons compter à l’avenir pour notre monnaie. Nous devons également examiner les systèmes mis en place pour prendre le relais du dollar, y compris le système de panier de devises DTS du FMI, et nous demander qui bénéficie réellement du déraillement de la domination du vieux dollar sur le monde.

Cash et anonymat

Alors que les systèmes de monnaies fiduciaires sont une création odieuse qui détruit lentement les économies au fil du temps, cet argent a au moins l’avantage d’être anonyme et d’exister dans un espace physique – j’espère que vous en avez dans votre poche. Malheureusement, les tendances actuelles indiquent que même ces petites consolations sont sur le point de disparaître.

Au cours des dernières années, les crypto-monnaies basées sur la technologie blockchain ont été vantées dans le mouvement de la liberté comme la solution à la corruption et au contrôle par la banque centrale. Elles allaient tout décentraliser et peut-être même faire effondrer le système bancaire tel que nous le connaissons. Ces fantasmes n’ont jusqu’ici prouvés n’être que cela, des fantasmes. Les principaux investisseurs et partisans de la technologie blockchain et des cypto-monnaies se sont révélés être les banques internationales elles-mêmes. Les piliers globalistes tels que Goldman Sachs et JP Morgan travaillent avec acharnement pour provoquer les différentes incarnations de la blockchain, et l’objectif devient de plus en plus clair : éliminer toutes les transactions physiques dans un proche avenir et faire des systèmes numériques la méthode prééminente du commerce.

Je ne pense pas que beaucoup de gens se rendent compte à quel point ce développement sera catastrophique et changera le monde s’il est autorisé à se poursuivre. Les crypto-monnaies ont été promues comme un moyen d’arrêter le pouvoir bancaire international, et maintenant elles représentent un tout nouveau niveau de centralisation. La mort de l’anonymat dans le commerce signifie la mort de la liberté individuelle. C’est aussi grave que cela.

Ordre économique Est–Ouest

La plupart des analystes alternatifs ont observé un changement au sommet du pouvoir économique au cours des dix dernières années, basculant de l’Ouest vers l’Est. La Chine est maintenant le plus grand exportateur / importateur au monde et devrait dépasser les États-Unis en tant que première économie de la planète au cours des deux prochaines années. Nous avons également observé un découplage lent mais méthodique du dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale. Mais ce que beaucoup d’analystes considèrent comme un « mouvement positif » à l’Est, loin du contrôle de l’Occident, c’est en fait un démantèlement délibéré de l’ancien ordre monétaire par l’establishment globaliste avec l’intention de créer un nouvel ordre mondial.

Comme je l’ai souligné et abondamment mis en évidence dans de nombreux articles, les puissances orientales comme la Russie et la Chine ont ouvertement et publiquement exprimé leur désir d’un nouveau système monétaire, non sous leur contrôle, mais sous le contrôle du FMI utilisant le panier des DTS comme un pont. Une fois de plus nous voyons que la déconstruction de l’ancien est presque toujours poursuivie au profit des mêmes personnes qui ont toujours été aux commandes.

Société civile américaine

Ici, aux USA, les divisions sont devenues extrêmement prononcées au cours de ces dernières années. Il y a quelque temps, et ce n’est pas si loin, l’intention première des idéologues politiques était simplement de « gagner des élections » et d’avoir une influence sur les normes sociétales par la législation. Aujourd’hui, l’objectif des idéologues est de détruire purement et simplement leurs opposants politiques par tous les moyens nécessaires, y compris les mensonges, la violence et les subterfuges. La gauche politique, en particulier, a, à mon avis, atteint un point de non-retour à cet égard.

Le niveau de zèle atteint par la propagande des « social justice warriors » et le marxisme culturel est stupéfiant. Il n’y a pas de logique ou de raisonnement avec ces gens. Ils sont essentiellement engagés dans un culte. Et tandis qu’un grand pourcentage de gauchistes affirment qu’ils ne sont pas nécessairement d’accord avec la méthodologie de ces adeptes, ils ne font rien pour les arrêter et vont souvent de pair avec leurs objectifs.

Ce zèle et cette folie conçus pour étouffer les principes conservateurs et faire des ravages dans le patrimoine américain sont dangereux. Non pas parce qu’ils seront victorieux, en soi, mais parce qu’ils ont le potentiel de conduire les conservateurs à des extrémités opposées pour finir dans les bras d’une réponse totalitaire du gouvernement.

Quand un côté atteint un point de tolérance zéro pour ses idéaux, où même la question de l’existence de l’autre est posée, il y a un potentiel d’agitation civile. Lorsque les deux parties atteignent un point de tolérance zéro au sujet de l’existence de l’autre, la guerre est en marche.

Bien sûr, il ne devrait pas y avoir « deux côtés », mais autant de côtés qu’il y a d’individus. En observant simplement le principe de non-agression et en refusant d’appliquer des méthodes coercitives aux autres, sauf en cas de légitime défense, la plupart de ces divisions pourraient être désamorcées. Mais présenter cette solution est facile, en faire un pilier de notre culture est tout autre chose.

Le passé et l’avenir nous appartiennent

Ces vacances ne devraient pas être une célébration de la bonne fortune, ce qu’elles sont devenues. Nous ne devrions pas être reconnaissants pour une année de plus sans crise totale parce que l’establishment nous l’a permis. Si quelque chose de « nouveau » doit être construit dans notre cadre sociétal, alors il devrait y avoir un changement dans notre mentalité quant à la façon dont nous considérons la stabilité du vieux monde.

Ces vacances devraient devenir une célébration de notre propre confiance en nous et de notre indépendance. Une réflexion sur la façon dont nous fournissons notre propre stabilité et perpétuons nos traditions. Les structures élitistes existantes et prévues ne devraient jouer aucun rôle dans la façon dont nous réfléchissons et fixons notre voie. Ces systèmes ne devraient pas avoir d’importance. Nous ne devrions pas en avoir besoin.

Qu’est-ce qui compte ? Conscience, liberté, famille, responsabilité, confiance en soi et intégrité. Les meilleures traditions sont construites sur ces choses. Tout le reste n’est qu’une fiction, l’illusion d’une base solide sous nos pieds qui peut être emportée à tout moment par des gens qui voudraient que nous abandonnions tout ce qui compte uniquement pour sauter sur ce sol empoisonné.

Source : Le saker

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*