Par les États-Unis.

Les États-Unis évacuent des chefs de Daech depuis le nord de la Syrie.

De nombreux témoins oculaires ont attesté à l’agence Sana que le 26 février 2018, deux hélicoptères de la Coalition anti-Daech ont atterri à Twaimin, au sud-est d’al-Shadadi.

Ils ont embarqué des officiers de Daech qu’ils sont censés combattre et les ont transportés dans la base US illégale de Sabah al-Kheir à 20 kilomètres d’Hassaké.

Le 19 mars, trois hélicoptères appartenant à la Coalition dirigée par les États-Unis ont atterri, lundi matin, dans une localité située entre les villages de Jissi et de Calo, dans la banlieue sud-est de la ville de Qamichli. Ils ont évacué quatre officiers de Daech d’origine irakienne et sont repartis dans une direction inconnue.

Le Royaume-Uni tente trois attaques chimiques sous faux drapeau
dans la Ghouta

Le 17 mars 2018, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a dénoncé la présence de forces spéciales états-uniennes, britanniques et françaises en Syrie ; une réalité que dénient Londres et Paris. « Cette présence signifie le fait qu’il ne s’agit plus d’une guerre par procuration mais d’une intervention directe dans la guerre », a-t-il insisté.

M. Lavrov adressait ainsi une mise en garde à Washington, Londres et Paris, au cas où ils bombarderaient Damas. Des documents saisis par les services secrets syriens et russes attestent d’un plan d’attaque de la capitale comparable à celui contre Bagdad en 2003 et incluant l’assassinat du président el-Assad. Des navires alliés se sont placés en position d’effectuer cette attaque depuis la Méditerranée.

Les armées syrienne et russe ont prévenu, le 19 mars 2018, une nouvelle attaque chimique sous faux drapeau instiguée par le Royaume-Uni dans la Ghouta orientale. Elles avaient déjà saisi deux laboratoires chimiques les 12 et 13 mars. Lors d’une réunion du Commandement des forces armées russes, le 20 mars, le ministre russe de la Défense, le général Sergueï Choïgou, a évoqué trois tentatives de faire usages de ces armes au cours de la semaine dans la Ghouta orientale. Il n’a pas explicitement désigné Londres comme le commanditaire des ces tentatives d’attentat, mais la formulation de ses propos ne laissaient aucun doute possible à ses interlocuteurs.

« Nous espérons que dans la situation actuelle nos partenaires occidentaux soient guidés par le bon sens dans leurs décisions, cessent de flirter avec les terroristes et rejoignent les initiatives pacifiques russes en Syrie », a-t-il poursuivi.

En cinq jours, plus de 79 000 civils, prisonniers des groupes armés dans la Ghouta, sont parvenus à trouver refuge auprès de la République arabe syrienne grâce aux couloirs humanitaires de Muhayam al-Wafedin et d’Hamouriyah.

Source : voltairenet.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*