la victime décapitée était le patron du suspect

La tête de la victime décapitée, accrochée sur le grillage de l’usine, était recouverte d’inscriptions en arabe. L’auteur présumé de l’attentat a été identifié comme étant Yassin Salhi

Une attaque a été commise ce vendredi matin en Isère, faisant un mort et deux blessés. Selon les premiers éléments de l’enquête, deux individus, à bord d’un véhicule, ont foncé sur une usine de gaz industriels à Saint-Quentin-Fallavier.

Selon une source proche du dossier, un des auteurs de l’attentat est entré dans l’usine Air Products un drapeau islamiste à la main et y a fait sauter plusieurs bonbonnes de gaz.

Un corps décapité, dont la tête était recouverte d’inscriptions en arabe, a été retrouvé à proximité de l’usine. La victime était un chef d’entreprise du Rhône, le patron du suspect interpellé. Yassin Salhi, 35 ans, était connu des services de renseignement.

———–

17h29. D’après RTL, deux notes de 2013 et 2014 s’alarmaient déjà de la radicalisation de Yassin Salhi.

17h26. Un ancien voisin de la famille de Yassin Salhi, lorsqu’elle habitait Pontarlier (Doubs), témoigne dans L’Est Républicain :

« Ça a mal tourné quand le père est mort d’un arrêt cardiaque », estime l’ancien voisin. Le père de Yassin Salhi, Youssef, travaillait à l’usine Nestlé de Pontarlier. « La maman, Mina, a commencé a porté le voile à partir de ce moment-là. Les jeunes se sont laissés pousser la barbe »L’Est Républicain

17h10. On en sait un peu plus sur le déroulé des évènements :

Le suspect aurait d’abord foncé sur des bonbonnes de gaz stockées sur le site de l’usine, provoquant une explosion dont il a réchappé. Il a alors tenté d’amorcer une autre explosion –qui aurait pu être bien plus dévastatrice– quand deux pompiers sont intervenus et l’ont maîtrisé. Dans la lutte, Yassin Salhi a été légèrement blessé.

Les gendarmes ont ensuite découvert à l’intérieur de l’usine le corps « abjectement décapité », selon les mots de Bernard Cazeneuve, du chef d’entreprise, puis sa tête accrochée au grillage d’enceinte, entourée de deux drapeaux islamistes, signe d’une mise en scène.

17h02. Les images de vidéosurveillance montreraient le suspect en train d’accrocher la tête de la victime sur le grillage, indique France 3 Rhônes-Alpes. 

16h55 : On connaît l’identité des trois personnes qui ont été interpellées. Outre Yassin Salhi, il s’agit de son épouse et de sa soeur, qui ont été interpellées au domicile familial de Saint-Priest, dans la banlieue lyonnaise. En revanche, le propriétaire d’un véhicule repéré à proximité du site dans la matinée, a finalement été relâché.

16h48 : François Hollande a annoncé que le plan Vigipirate était porté « enalerte maximum » pendant trois jours dans la région Rhône-Alpes. Le chef de l’État s’exprimait à l’issue d’un conseil restreint à l’Élysée.

16h45 : L’identité du pompier qui a neutralisé le suspect est gardée anonyme pour le protéger, précise France Bleu.

16h37 : Le point sur les dernières informations :

Le suspect interpellé se nomme Yassin Salhi. Il avait été fiché en 2006 par les services de renseignements pour « radicalisation » et était « en lien avec la mouvance salafiste », selon le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

La victime décapitée était le patron de Yassin Salhi. Cet homme, qui serait âgé d’environ 45 ans, dirigeait une entreprise de transport disposant d’une habilitation pour entrer sur le site de la société américaine Air Products, où l’attaque a eu lieu, située à Saint-Quentin-Fallavier, entre Lyon et Bourgoin-Jallieu, non loin de l’aéroport. C’est à bord d’un véhicule de l’entreprise que le suspect a pu pénétrer dans l’enceinte, classée Seveso et dont l’accès est soumis à autorisation.

– La tête de la victime a été retrouvée accrochée au grillage de l’enceinte du groupe américain Air Products à Saint-Quentin-Fallavier, entourée de deux drapeaux islamistes, signe d’une mise en scène. Son corps a lui été retrouvé à l’intérieur de l’entreprise.

– L’auteur présumé de l’attaque a été arrêté sur les lieux par un pompier, à la suite d’une explosion.

– Trois personnes sont en garde à vue : le suspect, sa compagne et un individu repéré pour ses allers et venues autour de l’usine dans la matinée.

16h30 : Selon France TV Info, le suspect travaillait pour un prestataire d’Air Products, l’usine où a eu lieu l’attaque. La victime décapitée était son patron, confirme une source proche de l’enquête à l’AFP.

La tête de la victime a été retrouvée accrochée au grillage de l’enceinte du groupe américain Air Products à Saint-Quentin-Fallavier, entourée de deux drapeaux islamistes, signe d’une mise en scène. C’est la première personne décapitée en France lors d’une attaque terroriste, une pratique fréquemment utilisée en Syrie et en Irak par le groupe Etat islamique (EI).

15h50 : A Saint-Priest, où habite Yassin Salhi, une femme, portant un enfant dans les bras, puis une deuxième personne, sont sortis de l’immeuble dissimulées sous un drap blanc et ont été aussitôt emmenées dans des véhicules de police.

Une femme dissimulée sous un drap avec un enfant dans les bras a été interpellée par la BRI© PHOTO AFP PHILIPPE DESMAZES

15h35 : Yassin Salhi, son épouse et leurs trois enfants de 6 à 9 ans constituaient « une famille discrète », selon une voisine. « Leurs enfants jouent avec les miens; ils sont tout à fait normaux et câlins ».

La famille habite au premier étage d’un petit immeuble social de trois étages situé dans cette ville de la banlieue de Lyon.

Un autre voisin décrit Yassin Salhi: « Il ne parlait à personne. On se disait juste ‘bonjour-bonsoir’. » Le suspect ne se distinguait pas non plus par sa tenue. « Il avait juste une petite barbe », selon lui.

Quelques images de l’intervention de la BRI (Brigade de recherche et d’intervention) au domicile du suspect :

© PHOTO AFP PHILIPPE DESMAZES
© PHOTO AFP PHILIPPE DESMAZES
© PHOTO AFP PHILIPPE DESMAZES

 

15h30 : Un hommage aux victimes sera organisé à 18 heures devant le Monument de la paix à Bourgoin-Jallieu, à quelques kilomètres de Saint-Quentin-Fallavier.

15h23 : Manuel Valls, le Premier ministre a annoncé qu’il participerait par conférence téléphonique au Conseil restreint convoqué par François Hollande (à 15h30) avant de rentrer immédiatement en France.

15h18 : Selon L’Est Républicain, Yassin Salhi aurait commencé à se radicaliser à la mosquée de Pontarlier au début des années 2000.

15h11 : D’après Le Parisien, Yassin Salhi, le suspect présumé, est né à Pontarlier. Agé de 35 ans, il est père de trois enfants. Il habitait désormais à Saint-Priest, dans la région de Lyon. « Il y vit depuis six mois avec sa femme et ses trois enfants », selon le DL.

15h06 : Une source proche du dossier confirme à l’AFP que la victime décapitée est un chef d’entreprise du Rhône. Le Dauphiné Libéré indiquait quelques minutes plus tôt que l’homme était gérant d’une société de transport qui venait pour une livraison.

14h58 : Europe 1 a joint la femme de Yassin Salhi, le suspect interpellé. Depuis,elle a été interpellée. Mère de trois enfants, elle a expliqué à l’antenne « ne pas comprendre ce qu’il se passe ». « Ils l’ont arrêté ? Mais c’est pas vrai ? (…) Il est parti au travail ce matin. Il fait des livraisons. (…) Je ne comprends rien ». Un acte terroriste ? « Ce n’est pas possible » répond-elle. « Moi je le connais, c’est mon mari. On a une vie de famille normale ».

14h50 : Selon un journaliste d’Europe 1, Yassine Salhi aurait revendiqué son geste au nom de Daesh.

14h43 : Une source proche du dossier confirme qu’un deuxième homme a été interpellé. « Un véhicule a été repéré en train de faire des allers-retours suspects en périphérie de l’enceinte, son numéro d’immatriculation a été relevé et son propriétaire a été identifié. Il a été arrêté » sur la commune de Saint-Quentin-Fallavier, a détaillé cette source. Son domicile a été perquisitionné mais aucun lien formel n’a toutefois été établi à ce stade entre l’attaque et cet homme.

14h30 : Selon France 2, une opération du Raid est en cours au domicile de l’auteur présumé de l’attentat à Saint-Priest (Rhône).

14h21 : Selon Le Dauphiné Libéré, la victime décapitée était gérant d’une société de transport. Il habitait à Chassieu dans le Rhône. « Il venait pour une livraison ».

14h19 : Le véhicule rentré sur le site de l’usine « bénéficiait d’un agrément », a indiqué le préfet de l’Isère.

14h : Le point à la mi-journée :

– Le suspect interpellé a été identifié comme étant Yassin Salhi (orthographe non confirmée). Âgé de 35 ans, l’homme, père de trois enfants, a été fiché en 2006 par les services de renseignements pour « radicalisation » et était « en lien avec la mouvance salafiste ». Il habite la région lyonnaise et n’avait pas de casier judiciaire. Sa femme et d’autres proches auraient été placés en garde à vue.

– L’interpellation de Yassin Salhi a été rendue possible par un pompier qui l’a neutralisé. Le nombre d’assaillants (une ou deux personnes) n’a pas encore été défini.

– La victime retrouvée décapitée est en cours d’identification. La tête était accrochée sur un grillage de l’usine et était recouverte d’inscriptions en arabe. « Une victime innocente » selon les mots du ministre de l’Intérieur.

– Une deuxième personne a été interpellée, soupçonnée d’avoir effectué des repérages autour de l’usine dans la matinée.

13h55 : L’homme retrouvé mort vendredi sur le site d’une usine en Isère est « une victime innocente qui a été assassinée et abjectement décapitée », a indiqué Bernard Cazeneuve. La victime est en cours d’identification.

13h50 : Selon RTL, la compagne du suspect interpellé a également été placé en garde à vue. Yassin S., qui vivait à Saint-Priest dans le Rhône, a été neutralisé par un pompier après l’attaque.

13h40 : France Bleu Isère a rencontré Sami, un livreur. Ce matin, il a vu « un objet au grillage ». « Je ne savais pas ce que c’était. Je pensais que c’était un sac de détritus ». C’est en écoutant la radio qu’il a compris. L’identité de la victime décapitée, dont la tête accrochée au grillage était recouverte d’inscriptions en arabe, n’a pas été communiquée.

13h34 : D’après M6, le suspect interpellé, Yassin S, a 35 ans. Il serait père de trois enfants. 

13h30 : Selon Le Dauphiné, le conducteur vu en train de faire des allers et venues ce matin autour de l’usine, a été interpellé.

13h24 : Bernard Cazeneuve ne veut pas donner le nombre d’interpellations qui ont eu lieu jusqu’à présent. Il « ne veut pas donner d’informations qui ne seraient pas précises. Une enquête est en cours, nous communiquerons à mesure que de nouveaux éléments seront confirmés ».

13h22 : L’auteur présumé, Yassin S. vivrait à Saint-Priest (Rhône). « C’est un individu qui était en lien avec la mouvance salafiste mais n’avait pas de casier judiciaire. Il ne faisait pas l’objet d’une fiche S (surveillance) depuis 2008 », précise Bernard Cazeneuve.

13h18 : L’auteur présumé a été mis hors d’état de nuire par un membre du SDIS (un pompier, NDLR), que Bernard Cazeneuve tient à remercier.

13h15 : Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve donne le nom du suspect, un certain Yassine S. qui avait été fiché à la DGSI. Quant à la victime, elle est encore en cours d’identification.

13h10 : Selon une journaliste sur place, le suspect interpellé a été identifié grâce à son ADN. Il habiterait la région. Le Dauphiné Libéré confirme l’information : l’homme interpellé, demeurant sur l’agglomération lyonnaise, est bien connu des services antiterroristes.

12h55 : Le président de la République va quitter Bruxelles pour réunir un Conseil restreint à 15 heures à l’Elysée.

12h51 : François Hollande : « Il y a une émotion, mais l’émotion ne peut pas être la seule réponse, c’est l’action, la prévention, la dissuasion. »

12h50 : François Hollande : « Nous prendrons, si c’est nécessaire, d’autres mesures. »

12h48 : François Hollande : « Le ministre de l’Intérieur va s’exprimer juste après moi, pour donner les informations utiles et rien que les informations utiles. »

12h47 : François Hollande : « L’individu interpellé a été identifié. »

 

« L’intention ne fait pas de doute : celle de provoquer une explosion. C’est une attaque terroriste. »

François Hollande

 

12h45 : François Hollande s’exprime depuis le Conseil européen de Bruxelles.

12h40 : Un hélicoptère de la gendarmerie survole le site en permanence.

12h35 : Le bilan de l’attentat fait état d’un mort, l’homme décapité, et de deux personnes légèrement blessées.

12h25 : Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian doit écourter sa visite dans le Béarn ce vendredi. Suite à l’attentat, le président de la République convoque en effet un conseil de défense à Paris à 15 heures.

12h23 : L’homme interpellé était en train d’ouvrir une bombonne d’oxygène lorsqu’il a été appréhendé par les policiers et les pompiers.

12h21 : Selon un journaliste du Monde citant une source policière, le deuxième auteur présumé de l’attaque pourrait figurer parmi les deux blessés. Il n’y aurait pas de traque en cours. A l’inverse, Le Dauphiné Libéré indique qu’un deuxième homme serait « activement recherché ».

12h12 : L’homme qui a été interpellé n’a pas de papiers sur lui et il n’a pas encore dit un mot aux enquêteurs.

12h10 : Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, qui était en déplacement dans le département du Rhône, contigu à l’Isère, est arrivé sur les lieux.

12h08 : L’explosion n’a pas été très importante, d’ailleurs la voiture des deux terroristes n’a pas été détruite.

12h04 : Quelques photos à proximité du site de l’attaque :

© PHOTO AFP PHILIPPE DESMAZES
© PHOTO AFP PHILIPPE DESMAZES

11h58 : L’individu interpellé, qui serait âgé d’une trentaine d’années, était connu de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), confirment des sources du dossier. Selon Le Dauphiné, un autre individu serait recherché. Il aurait fait des allées et venues dans la société Air Products avant l’attaque ce vendredi matin.

11h55 : D’après les premiers éléments, la tête retrouvée suspendue au grillage le long de la RD311 aurait été accrochée avant l’explosion. Il ne s’agirait pas d’un membre du personnel de l’usine.

11h50 : Selon France Bleu, « le suspect brandissait des drapeaux islamistes quand il a fait irruption dans l’usine ».

11h49 : La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie de l’enquête.

11h45 : Selon le Dauphiné Libéré, qui cite une source proche de l’enquête, d’autres attentats ne seraient pas exclus.

11h43 : Selon les premiers éléments de l’enquête, ils étaient deux hommes à foncer avec leur voiture dans l’usine peu avant 10 heures du matin.

© PHOTO GOOGLE STREET VIEW

11h40 : Le Premier ministre Manuel Valls ordonne le renforcement de la vigilance dans tous les sites sensibles de la région Rhône-Alpes.

11h39 : Le site industriel où s’est déroulé l’attaque est classé Seveso, il n’y a donc pas d’habitations aux alentours.

11h36 : La tête de la victime décapitée, qui ne serait pas un employé de l’usine, était recouverte d’inscriptions en arabe. Elle a été retrouvée accrochée à un grillage de l’usine.

11h34 :  Joëlle Huiller, députée socialiste de l’Isère, confirme à BFMTV qu’il s’agit bien d’un attentat et avoue qu’elle est « terrorisée »

11h32 : Un premier bilan fait état d’un mort, la personne retrouvée décapitée sur place, et de deux blessés légers.

11h26 : La tête de la victime décapitée « a été retrouvée accrochée au grillage » de la société, selon le quotidien régional.

11h24 : Un homme soupçonné d’être l’auteur de l’attentat a été interpellé, confirment des sources proches du dossier. L’individu serait âgé d’une trentaine d’années et connu des services la DGSI, selon Le Dauphiné Libéré.

11h22 : Un « drapeau avec des inscriptions en arabe a été retrouvé sur place », précise une source proche de l’enquête.

11h17 : Selon une source proche du dossier, on ignore si le corps décapité retrouvé à proximité de l’usine « a été transporté sur place ou pas ». Il ne s’agirait pas d’un employé de la société, indique Le Dauphiné.

11h14 : selon i-Télé,  une personne aurait été arrêtée sur deux agresseurs potentiels.

11h11 : Un corps décapité a été retrouvé à proximité de l’usine. Selon Le Dauphiné,  « il ne s’agit pas d’un employé de la société. Sa tête aurait été retrouvée à plusieurs dizaines de mètres de son corps ».

11h10 : Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve va se rendre sur place.


Source : Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*