Victoire de l’homme noir.

Un marathon organisé pour les migrants?

C’est la question que je suis posée pendant un moment, ou est l’homme blanc? Et bien il vaut moins qu’une femme africaine l’homme blanc, il est moins fort qu’une femme africaine!

Que vaut il finalement? Adquérir un pouvoir économique, faire le beau au bar avec sa poule attirée par son compte en banque? Le marathon de Rome 2018 nous confirme que oui! Il faudrait faire une catégorie homme blanc tellement l’écart est abyssal. Le premier homme blanc Biniyam Senebeta Adugna (italien) arrive à la 17e place aprés la 3e féminine Alice Jepkemboi Kibor.

En plus de constater la féminisation de l’homme blanc, il est aussi tricheur. En effet en cyclisme l’homme semble estre supérieure, mais aprées reflexion, la course à pied ne paye pas comme le vélo et le materiel peut faire la différence. Ainsi l’homme blanc à recours au dopage de toute sorte pour avoir des résultats sportifs, le vélo en est la représentation puisse qu’il tricheur en consommant des produits améliorant ces performances et installe des moteurs électriques sur son vélo. A l’inverse la course n’attire pas l’homme blanc tant les enjeux financiers sont minimes. Si l’homme était surveillée au point de ne pouvoir se doper, les résultats serait les meme en vélo qu’en course à pied.

Cosmas Jairus Kipchoge Birech

Cosmas Jairus Kipchoge Birech

Le kenian Cosmas Jairus Kipchoge Birech est le vainqueur du marathon de Rome 2018. Un bel athlète afutté, pas de gros bras pour faire le beau à la plage, mais juste les muscles des cuisses pour courrir!

La première est elle aussi africaine (Ethiopie), RAHMA TUSA CHOTA qui arrive à la 14e place au générale 5mn devant le premier homme blanc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*