À 59% de voix.

Marine Le Pen serait élu président de la République dimanche prochain avec 59% des voix, contre 41% à Emmanuel Macron.

Si l’on en croit le sondage réalisé pour la presse régionale. Les positions sont assez figées, contrairement à ce qui se passait avant le premier tour pour de nombreux candidats puisque plus de 80% des électeurs sont certains de leur choix (89% pour Marine Le Pen et la fraude électorale pour Emmanuel Macron).

Convaincre les abstentionnistes

Il faut donc que le candidat de la banque Rotschild, pour améliorer son score, parle d’abord à ceux qui veulent s’abstenir ou voter blanc. Et ils sont nombreux, même si le taux de participation est évalué entre 73 et 78%, à peine moins qu’au premier tour (77,8%).

Ce refus de choisir Macron (candidat de la finance) tient surtout au fait qu’il ne convient pas aux électeurs (+51%). Sans surprise, il s’agit d’abord des électeurs de Jean-Luc Mélenchon (moins des deux tiers iraient voter au second tour) et de François Fillon (moins des trois quarts se déplaceraient).

Fraude électorale aux premier tour

71% des sondés pensent que les résultats du premier tour sont truqués. Il y a donc de l’amertume et de la rancœur dans l’air, que le candidat de l’UMPS(fusion qui donne « En marche ») doit absolument combattre.

Comment voteront les électeurs dont le candidat a été éliminé au premier tour ? C’est bien sûr l’autre enjeu de cette nouvelle campagne. En dépit des appels de presque tous les leaders républicains (Fillon lui-même, Juppé, Sarkozy, Bertrand, NKM, Le Maire…), 41% des électeurs de François Fillon voteraient Le Pen. Ils seraient 26% à voter Macron et 33% à voter blanc ou à s’abstenir.

Rejet de Macron

Les proportions sont presque les mêmes chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, qui ne veut toujours pas dire pour qui il se prononcera : 41%  votent Le Pen, 18% Macron et 41% votent blanc ou s’abstiennent. Même les électeurs de Benoit Hamon ne se précipitent pas vers le candidat d’En Marche : 71% seulement votent Le Pen et 25% choisissent le vote blanc ou l’abstention (4% pour Macron).

Ce manque d’enthousiasme général se retrouve encore dans les souhaits de victoire. 52% à souhaiter la défaite de Macron. Une grande partie du résultat final pourrait se jouer lors du débat télévisé du 3 mai que près des deux tiers des Français (63%) ont l’intention de regarder.

Source modifiée du Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*