Principe de fonctionnement.

Cette page explique succinctement le principe de déclenchement d’un passage à niveau automatique.

La zone courte permet la fermeture du passage à niveau dès lors qu’un train « attaque » la zone (lorsqu’un essieu est présent) et s’étend à environ une vingtaine de mètres de part et d’autre du PN. Elle est utile notamment lors d’incidents du fonctionnement du PN.

Etape1

1ère étape : le passage à niveau est ouvert, et aucun train n’a franchi la pédale d’annonce du passage à niveau. Elle est placée plusieurs centaines de mètres avant le passage, plus la vitesse des trains est grande, plus elle est éloignée.

Etape2

2ème étape : un train est passé sur la pédale d’annonce, la signalisation lumineuse et sonore du passage à niveau s’active. Quelques secondes plus tard, les barrières commencent à se fermer. Pendant ce temps, le train s’approche du passage à niveau.

Etape3

3ème étape : les barrières sont baissées, la signalisation sonore s’est arrêtée, mais la signalisation lumineuse est toujours active. Le train franchi le passage à niveau.

Etape4

4ème étape : le train est passé sur la pédale de réddition, la signalisation lumineuse s’arrête et les barrières se lèvent. Bien évidemment, le passage à niveau s’ouvre une fois que le dernier véhicule d’un train a franchi la pédale.

La fermeture d’un PN automatique comporte un certain nombre de pédales et un circuit de voie.
Dans le sens normal de circulation, la première déclenche un calculateur. La seconde calcul le temps mis depuis la première, et s’il est inférieur à une certaine valeur, variable selon la VL de la ligne, déclenche le processus de fermeture des barrières; feu et sonnerie puis fermeture des barrières. Ces deux premières pédales n’existent qu’à partir d’une certaine vitesse limite de la ligne. Une troisième pédale déclenche ce processus en l’absence des deux premières, ou si ce n’est pas déjà fait par la deuxième. Une quatrième pédale placée à hauteur du PN annule le processus en cours et réarme le dispositif. Un circuit de voie d’une centaine de mètres de part et d’autre du PN maintient les barrières fermées jusqu’au dégagement complet du train. Toutefois, si un train de sens contraire a engagé la première pédale, les barrières sont maintenues fermées
Dans le sens contraire du sens normal de circulation (contre-sens, contre-voie), un dispositif similaire peut exister, sinon on à une pancarte à distance « PN n°.. à ..m » et une pancarte à proximité du PN « PN n°… ». Le mécanicien doit s’approcher du PN et selon les installations, s’assurer de la fermeture automatique des barrières, ou s’arrêter et provoquer la fermeture par un commutateur situé sur le pied de la pancarte. La réouverture est automatique (RM77)

Logiquement la deuxiéme barrière aurait du être fermée Mème aprés l’accident.

Photo du train à l’arrêt aprés l’accident de Millas qui n’a pas encore déclenché la deuxième pédale.

photo montrant la distance de déclenchement de la deuxième pédale

Dessin BB26000 : MLG Traffic

Source modifiée : ligne du haut bugey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*