superstructure extraterrestre

 

Des astronomes ont découvert une superstructure extraterrestre

 

Des scientifiques viennent de découvrir d’étranges variations de la luminosité autour d’une étoile. Un phénomène qui pourrait s’expliquer par la présence de constructions aliens

D’étranges variations de la luminosité autour d’une étoile appelée KIC 8462852 intriguent les astronomes, raconte le site d’information américain The Atlantic. Si les scientifiques cherchent une explication à ces surprenants phénomènes, de nombreuses personnes y voient déjà le signe d’une présence extraterrestre.

Invisible à l’oeil nu, l’intrigante étoile KIC 8462852 a pu être observé pendant quatre ans, entre 2009 et 2013 à l’aide du télescope spatial Kepler, développé par la Nasa. Et au vue des donnés collectées, l’étoile semble clignoter, sans véritable régularité. Plusieurs explications pour permettre de comprendre l’origine de ces variations de lumière.

La première hypothèse des scientifiques : le passage d’une exoplanète entourée d’une nuée de comètes, en orbite autour de l’étoile. Des comètes qui auraient pu être attirées par la gravité de l’astre, relate Ciel & Espace. Mais l’hypothèse a finalement été abandonnée à cause de l’irrégularité du phénomène. Autre piste, des astéroïdes qui se seraient percutés. Leurs débris pourraient ainsi orbiter autour de KIC 8462852.

La faute aux aliens ?

Mais pour certains chercheurs, ces explications rationnelles ne sont pas les plus crédibles. Pour eux, cette variation de l’intensité lumineuse serait le signe de l’existence d’une vie extraterrestre.

Interrogés par The Atlantic, ils expliquent que des superstructures construites par une civilisation alien orbiteraient autour de KIC 8462852, sorte de  « collecteurs de lumière » qui capteraient l’énergie lumineuse de l’étoile, d’où les étranges variations d’intensité lumineuse.

Les scientifiques veulent désormais examiner KIC 8462852 à l’aide d’un radiotélescope, afin de savoir si cet objet qui obscurcit l’étoile émet des ondes radio correspondant aux fréquences d’une activité technologique.

Ce sont des « astronomes citoyens » qui avaient interpellé la communauté scientifique sur les variations de lumière inhabituelles que produisait cette étoile. Une découverte faîte par les astronomes, en marge du programme Chasseur de planète, lancé par l’université de Yale pour aider l’agence spatiale américaine dans sa recherche de nouvelles exoplanètes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*