Chantage à l’argent frais avant le référendum, la Grèce plonge dans la crise comme prévu, les bourses européennes aussi…

Evidemment, il s’agit avant tout de faire pression sur le peuple grec qui doit voter dimanche prochain et sur ses dirigeants, afin d’aboutir à la solution exigée par les négociateurs européens et le FMI :

Des queues gigantesques se sont formées devant les guichets automatiques à l’extérieur des banques, les stations d’essence ont été prises d’assaut et sont pour beaucoup en pénurie, tout comme les supermarchés qui peinent à se réapprovisionner du fait de la fermeture des banques et du contrôle très lourd et très serré des mouvement de capitaux…

Ce chantage spectaculaire qui pourrait pousser vers la faim de nombreuses familles modestes a fait faciliter les bourses européennes, qui ont perdu près de 4,5% en moyenne aujourd’hui.

Le peuple grec va-t’il résister à cette pression économique et financière sans précédent, en maintenant le NON à la proposition européenne lors du référendum de dimanche ?

Ou l’appel du ventre sera-t’il le plus fort au moment de déposer le bulletin dans l’urne ?

A moins que le gouvernement grec n’ait d’ici là capitulé en rase campagne pour retarder de quelques semaines encore l’échéance inexorable du Grexit ?

Source : 999 spiritus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*