Le dictateur et tyran d’Arabie Saoudite privatise une plage française, la polémique enfle

Les travaux ont été interrompu mercredi, mais cela ne devrait pas empêcher le roi et sa famille de profiter de cette plage des Alpes-Maritimes pour leurs vacances.

image

Depuis quelques jours, une plage publique de Golfe-Juan est au cœur de la polémique. La famille royale saoudienne, qui possède une villa jouxtant ce petit banc de sable, a demandé à privatiser les lieux en vue de leurs vacances, le 20 juillet prochain.

Des travaux ont été entrepris pour condamner la plage publique de Vallauris avant l’arrivée du roi et de sa famille. Les riverains ont ainsi pu découvrir une dalle de béton de 4 mètres sur 3, rapporte France 3 Côtes d’Azur. Mais depuis mercredi, le sous-préfet de Grasse a demandé « aux propriétaires d’interrompre les travaux ».

Réunion au sommet pour les vacances du roi

Une réunion de travail devait se tenir jeudi entre les autorités françaises et des émissaires du roi d’Arabie Saoudite pour déterminer quel dispositif de sécurisation va être mis en place autour de la propriété, d’après le sous-préfet.

Mais la plage devrait bien être privatisée malgré la grogne des habitués.  « On ne peut pas imaginer une fréquentation publique de cette plage lorsqu’un chef d’Etat vient. On ne se poserait pas la question si c’était Barack Obama ou Vladimir Poutine », estime Philippe Castanet au micro de France 2.
Interdiction législative

La maire de la commune, Michelle Salucki (UDI) a fait intervenir mercredi la police municipale pour empêcher qu’une grille scelle le petit souterrain qui permet d’accéder à cette plage. L’élu souligne qu’il ne fait que « respecter la loi » puisque « aucun arrêté préfectoral n’interdit l’accès à cette plage publique », et outre les fonctionnaires municipaux le maire a appelé en renfort la police nationale.

La loi littoral interdit normalement de privatiser une plage et d’agrandie une construction sur le bord de la route sans autorisation, comme le rappelle France 3 Côte d’Azur, qui rajoute que cette loi pourrait contourner par le roi d’Arabie saoudite, pour des raisons de sécurité et pour des raisons diplomatiques.

Source : Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*