Pour la surveillance de masse

En 2011, il avait signé une pétition de parlementaires hostiles à la reconnaissance de l’État de Palestine par l’ONU

Issu du courant strauss-kahnien du Parti socialiste et proche de Manuel Valls, le député Jean-Jacques Urvoas est nommé, ce mercredi 27 janvier, garde des Sceaux à la suite de la démission de Christiane Taubira.

Dès décembre 2013, l’homme avait savoir auprès de Jean-Pierre Elkabbach qu’il était personnellement favorable à «l’intrusion des ordinateurs de tout un chacun»

Un an plus tard, le député et président de la Commission des lois deviendra l’un des principaux architectes de la liberticide « Loi Renseignement » dont l’adoption sera facilitée par l’attentat contre Charlie Hebdo

Au printemps 2015, Urvoas avait également accepté de faire un exposé sur son travail législatif à ce sujet auprès du bureau politique du Crif

Rappel : Christiane Taubira s’était également montrée favorable à la Loi Renseignement. Quant à son rapport à la mouvance pro-israélienne, il fut caractérisé -depuis 2012- par une grande proximité affective. À plusieurs reprises, Taubira avait publiquement manifesté embrassades et propos mielleux envers des figures ultra-sionistes de l’Hexagone telles Bernard-Henri Lévy, Richard Prasquier et Richard Abitbol

Celle qui fut, jadis, une référence en matière d’antiracisme et de lutte contre le colonialisme bafouille désormais quand on lui demande son avis sur la question, «hyper-sensible» d’après elle, du boycott des produits israéliens

Détail cocasse : dans un documentaire actuellement diffusé par Canal+ et intitulé « Macho Politico », Taubira se targue avec emphase d’avoir toujours lutté sans compromission contre «l’oppression» et toutes les formes -sans exception- de «domination».

Source : Panamza

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*