Ni racailles ethniques ni suprémacistes blancs !

Il faudra un jour juger la responsabilité écrasante du Parti sosioniste.

Après avoir précisé le positionnement politique des 4 principaux candidats, Alain Soral règle son compte au PS – qu’il appelle le parti « sosioniste » – à partir de l’affaire « Théo ».

 

Au sommaire de cette quatrième émission :

- 00’18 : La résistance de François Fillon, candidat pas assez mondialiste
- 01’73 : La réalité de la candidature Macron, marionnette de l’oligarchie
- 03’35 : Le repositionnement de Marine Le Pen sur une ligne antilibérale et antilibertaire
- 06’46 : La stratégie d’éclatement du FN par le Système
- 09’04 : L’affaire Théo et la stratégie du Parti « sosioniste » depuis 1983
- 13’57 : La réalité des violences subies par les forces de police
- 15’31 : La ligne E&R, « ni Théo ni Conversano »

 

 

Source : E&R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*