Par François ASSELINEAU.

Le président élu des Etats-Unis Donald Trump a promis dimanche d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins.

Ce projet d’expulsion de masse, dévoilé dans un entretien qui sera diffusé dimanche sur la chaîne CBS, concerne les « criminels », les personnes ayant des antécédents judiciaires, « qui appartiennent à des gangs, qui sont des trafiquants de drogue ».

Selon lui, ils représentent « sans doute 2 millions » de personnes, mais « ça peut aussi être 3 millions », qui seront renvoyées dans leur pays d’origine ou incarcérées aux Etats-Unis, a promis l’homme d’affaires.

Le camp démocrate accusé de « payer » des manifestants

Quelques minutes plus tôt, sur la chaîne Fox, la directrice de campagne de Donald Trump, Kellyanne Conway, avait, elle aussi, rompu avec le nouveau discours accommodant du président élu en assurant que l’Obamacare serait purement et simplement « abrogé ».

Autre signe d’un retour aux antiennes de la campagne, à la ligne complotiste en l’occurrence, Kellyanne Conway a laissé entendre dimanche que beaucoup des manifestants anti-Trump étaient « payés » par les démocrates pour défiler.

Le président élu, lui, s’en est aussi pris aux médias, l’une de ses cibles favorites depuis plus d’un an. Le New York Times a été visé par trois tweets cinglants dimanche, dont l’un accusait le quotidien d’être « malhonnête » dans sa couverture.

Source modifiée : Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*