ivre, l’employé modèle provoque une bagarre et mord un policier

Jeudi soir, Anthony a déclenché une bagarre générale sur la place François 1er, insulté et mordu des policiers : il est condamné à six mois de prison avec sursis

e son propre aveu, Anthony ne boit qu’à de rares occasions. Et il vaut mieux. Parce que ce grand gaillard de 25 ans, domicilié à Saint-Même-les-Carrières, a l’alcool mauvais. Jeudi dernier, Anthony a bu plus que de raison. « Des verres de cognac et quatre ou cinq bières », admettait-il, ce lundi, d’une voix presque fluette, à la barre du tribunal d’Angoulême…

Ce jeudi soir, vers 21 heures, Anthony traîne son ébriété sur la place cognaçaise François 1er, riche en débits de boisson. Saoul (1,38 g/litre de sang), il trébuche sur un cordon tendu par un serveur du Cougna pour attacher les tables et chaises de l’établissement sur le point de fermer. Anthony en veut à la terre entière. Et il commence par frapper violemment le serveur en question. Des clients tentent de le calmer et l’altercation vire à la bagarre générale.
Il mord un policier

Anthony est incontrôlable : il hurle, provoque torse nu, frappe à tout va et s’échappe à l’arrivée des policiers. Un peu plus loin, ces derniers ont un mal fou à le maîtriser. Sur le lieu de l’interpellation, à l’hôpital puis au commissariat, Anthony se déchaîne, insulte, menace et mord même un policier au triceps.

Menotté aux pieds et aux mains, il est toujours aussi déchaîné : un policier doit faire usage du Taser alors qu’Anthony est attaché. « Une première », admet le président du tribunal, Vincent Raffray.

Avocat de la partie civile, Me Calmels donne un aperçu de l’étendue des dégâts : le serveur agressé a le nez et une dent cassés. Anthony, lui, ne se souvient quasiment de rien, à part de sa chute. Penaud, il se confond en excuses. Pour autant, il n’en est pas à son coup d’essai. Il a été condamné à payer des amendes pour des faits similaires en mars dernier.

Anthony n’a pas de problèmes particuliers. Son patron, qui l’emploie depuis sept ans, loue ses qualités et sa gentillesse. Il se dit prêt à payer la thérapie afin que son protégé se débarrasse de ses démons. « Il ne faut plus que je boive », concède Anthony qui est finalement condamné à six mois de prison avec sursis. Les débits de boisson lui sont désormais interdits. Et il devra indemniser le serveur : 1 000 € seront provisionnés en attendant l’audience sur intérêts civils de septembre. Par ailleurs, le patron d’un autre bar, le Renaissance, recevra 403,05 € en réparation des chaises et de la table brisées dans la bagarre.

Source : sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*