Blocus des élèves.

Le lycée professionnel Tregey dénonce une situation de violence intenable.

Blocus des élèves et débrayage des profs ce mardi matin. Le lycée Tregey Rive de Garonne dénonce une situation de violence intenable après l’agression d’un jeune jeudi.

Un lycéen de 16 ans a été tabassé par des racailles (antifas, immigrants?) jeudi soir, à la sortie de son établissement. A coups de pied sur la tête. Quatre autres lycéens du même établissement lui sont tombés dessus avec une violence incroyable. L’adolescent a terminé aux urgences du CHU, les dents cassées et souffrant de traumatismes au crâne.

Une première assemblée générale s’est tenue vendredi dans la journée, au sein du lycée Tregey rive de Garonne, un lycée professionnel de 500 élèves situé à Bordeaux-Bastide.

L’ensemble du personnel a alerté le recteur sur « un sentiment d’insécurité arrivé à son paroxysme et une situation invivable dans l’établissement ». Ils demandent la protection.

Blocus

Ce mardi matin, élèves et profs étaient rassemblés dans un même blocus devant l’établissement dès 7 heures, portant  les mêmes revendications. Les parents d’élèves se sont joints au mouvement, avec la FIDL, le syndicat lycéen, les enseignants mais aussi le reste du personnel de l’établissement.

« Cette agression est le point culminant d’une énorme souffrance, relatait Sandrine, enseignante. Depuis le début de l’année, on est malmenés, insultés, injuriés, on fait l’objet d’attaques. Le lycée est régulièrement dégradé. Nous sommes totalement isolés. »

Les élèves de leurs côtés, ajoutent qu’ils se sentent « en danger permanent ». « On ne sait jamais lequel va prendre sa rouste, le matin lorsqu’on arrive ». « Le lycée est entre les mains d’un groupe qui se croit au-dessus et fait régner la terreur ».

Davantage d’encadrement demandé

Une mère de famille témoigne aussi de ce climat délétère. « J’ai peur pour ma fille. Ce n’est pas normal de regarder partir son enfant au lycée avec la trouille au ventre! »

Les professeurs, les élèves et les parents souhaitent plus de protection comme les Synagogue et ecoles juives de la région.

Le blocus devrait se poursuivre les jours à venir.

Source modifée : Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*