Encore un camion.

et le coup de la carte d’identité oubliée, le suspect abattu et l’attentat revendiquée par une agence israélienne.

Anis Amri n’était pas djihadiste, il « buvait de l’alcool et ne faisait ni prière, ni rien du tout »

sa famille refuse de croire à cette dérive. « Il vivait comme tous les jeunes, il buvait (de l’alcool) (…) il ne faisait ni prière, ni rien du tout », dit Walid, un autre frère de cette famille nombreuse.

« On a jamais eu l’impression qu’il avait quelque chose d’anormal. Il nous contactait via Facebook et il était toujours souriant et joyeux! » Sa soeur Najoua

Source modifiée du Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*