Frédéric Delval était engagé politiquement.

Ex-militant UMP, il avait été écarté des élections municipales de 2014 pour avoir voulu se présenter en outsider contre le maire Claude Olive, du même parti politique.

Frédéric Delval avait menacé de diffuser des documents pendant cette campagne électorale et avait écopé de 5 000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Bayonne.

Quatre personnes ont été retrouvées mortes, ce mardi après-midi, 4 avenue Belle-Marion, à Anglet, dans le Pays basque. Frédéric Delval, 52 ans, sa femme, Christelle, et deux de ses trois filles, de 11 et 17 ans, tous tués avec une arme à feu.

Frédéric Delval était connu à Anglet : avec sa femme, il tenait le salon d’esthétisme « Esprit Sun ».

Source modifiée du Sudouest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*